Curriculum vital

2030. Je travaille pour une boîte dont le produit est l’humain. Chaque jour, je supprime les produits périmés. C’est simple, il n’y a qu’à appuyer sur un bouton.

Commentaires

Mercredi 9 avril 2008 3 09 /04 /Avr /2008 20:05

  

Salut, c'est Jean-Michel Lapoisse, le spécialiste "sexe, drague et relations humaines" du Blog de Myblack ! Aujourd'hui, je vais vous parler d'un sujet qui me tient particulièrement à coeur : le kebab

Dans l’amour la chose la plus dure est généralement la séduction. Surtout chez ceux qui ont des problèmes d’érection.

Se montrer homme pour cacher nos besoins animaux et ne pas effrayer la bête. Mettre un peu de distance pour conserver une part de mystère au frigo, un parfum sur le divan, du divin dans le regard. La séduction doit être lente mais participative, comme dans le cerveau de Ségolène Royal. Elle doit jongler entre la montée du désir et l’indécence, l’un des cinq, celui que vous préférez, à choisir dans un premier temps entre la vue et l’odorat – commencer par le toucher étant généralement mal vu, alors que se contenter de la vue étant plutôt bien senti.

Si, en apercevant une fille, l’odeur se fait majeur, il vaut mieux regarder ses copines. Sauf si elles sont mineures : le Bienvenue chez les Ch’tis à ses limites.

C’est pourquoi j’emmène toujours mes premiers rendez-vous au kebab.

Un sale, si possible.

Une salle, près du fond.

Des moisissures de discussions entre les dents des vendeurs, et des milliers de fesses molles encore moites sur les chaises : dans un tel endroit, les défauts physiques deviennent secondaires, à la sauce piquante. Entourez n’importe quel moche de moustachus musulmans, il deviendra sexy. Excepté Benoît XVI, peut-être.

 Il faut être deux, pour séduire. La partie en dysfonctionnent  m’appartient toujours. J’ai besoin d’être en confiance pour mettre une couche de glamour sur mes lèvres. Les kebabs me mettent en confiance. Les plats sont à mon image, ici : ragoûtants d’extérieur, mais ô combien savoureux dans l’intimité. Ici, le coma éthylique de ma vie se mue idyllique, et les filles avalent mes coups de fourchettes en se concentrant sur moi et non sur la beauté du décor.

A force de promener mes conquêtes naissantes dans leur boui-boui, les vendeurs m’accordent des ristournes sur le prix. Quand la fille est vraiment moche, j’obtiens parfois -30%. La pitié a du bon, parfois.

 Mon dernier rencard au kebab a été concluant. Enfin je crois : elle ne s’est pas moquée de ma façon de tenir la fourchette. C’était une fille charmante, avec ce genre de prénom qu’on oublie en traversant la rue. Sa bouche faisait des vagues, on se croyait à Biarritz. D’ailleurs elle avait la voix de Félicien.

N’empêche : elle semblait me trouver quelque chose. Elle n’a pas su me dire quoi, mais elle semblait réellement. Remarque je la comprends : même si je ne paye pas de mine, j’ai une sorte de charisme voilé, un peu comme les émissions d’Alexandre Devoise. Nous avons orienté la discussion sur la cuisine orientale, la musique orientale, les pays orientaux, ses voyages en Orient. C’était très orientée, comme discussion. Elle semblait particulièrement bien connaître l’endroit puisqu’elle a appelé le patron par son prénom. A défaut du sien, j’ai au moins retenu celui du patron.

Elle portait sur ses épaules des cheveux Keranove qui projetaient sur mes lunettes une buée de sauvetage, une buée qui m’aidait à retrouver mes esprits. J’étais si imprégné d’elle que, parfois, quand je l’entendais revenir des toilettes, je lui ouvrais la porte. Une certaine forme de réserve se reflétait sur sa peau, preuve d’une timidité touchante. Ou alors c’était la buée de mes lunettes qui me jouait des tours.

J’ignore si la reverrai, mais j’ai conservé la note du dîner qu’elle a tenu à payer. Sa note. Montant de la ristourne : 60 %

Par Jean-Michel Lapoisse - Publié dans : Jean-Michel Lapoisse
Voir les 25 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés