Curriculum vital

2030. Je travaille pour une boîte dont le produit est l’humain. Chaque jour, je supprime les produits périmés. C’est simple, il n’y a qu’à appuyer sur un bouton.

Commentaires

Samedi 4 avril 6 04 /04 /Avr 01:38

Il arrivera fatalement une nuit ou l’autre - ouais, j’écris mes post lorsque le soleil éteint sa lumière - où un article anti-Plus Belle la vie fera son apparition sur ce Blog. S’en suivront alors les insultes des fans, les retombées publicitaires, les mises en demeure du père de Rudy et le franchissement du mur du con (1224 commentaires).

 

Je préfère attendre un peu, suffisamment pour que la série prenne encore de l'ampleur et qu'elle soit citée en exemple par Obama. Le glorieux parcours de Plus Belle la Vie n‘a en effet pas atteint son zénith, puisqu’à ma connaissance une adaptation américaine n’est toujours pas dans les tuyaux et que le film avec Mickael Youn (Nicolas) et Francis Huster (Benoît) cherche un producteur.

 

Par contre, preuve de son succès dans nos frontières, Plus Belle la vie a été copié, pompé par les auteurs de la France entière, tellement méprisés par le talent qu’ils s’en remettent à la photocopie pour rutiler.

 

Voici quelques-unes de ses séries s’inspirant, très librement, de l’original.

 
POUBELLE LA VIE

 

Dans un quartier purulent de la ville de Dreux, le quotidien de huit éboueurs en quête d’idéal.

 
Résumé de l’épisode précédent : Abdélatif, 23 ans, trouve dans un sac plastique la main d’un jeune enfant de quatre ans. Alors qu’il envisage d’aller en parler à la police, ses collègues - majoritairement des sans-papiers - l’en dissuadent. Trouvera-t-il la force de leur dire non ? 

 

Attroupement d’adolescents fans de la série à quelques mètres du lieu de tournage

 Points forts :

- Des noirs héros d’une série, ça nous change de Mouss Diouf.

- Des répliques bien senties : « les goûts et l’éboueur, ça ne se discute pas. »

 Points faibles :

- Les clichés véhiculés : les éboueurs sont tous des noirs sans-papiers ou des lourdeaux incultes, alors qu’il existe également des noirs incultes et des lourdeaux sans-papiers.

- Les courses-poursuites peu réalistes entre le camion-poubelle et la police dans les rues de Dreux.

- L’odeur. Surtout des noirs.


Chanson du générique : La Benne, chantée par Lucien Aznavour « La Benne, La Benne, ça voulait dire qu’on était à Dreux. »

 PLUS BELLE LA VITRE

 

Dans une maison avec balcon de la ville de Reims, le quotidien romancé d’une femme de ménage 

Résumé de l’épisode précédent : Alors que Monique entame sa journée à neuf heures, elle est immédiatement frappée par des traces de doigts dégueulasses sur la vitre de la salle à manger. Encore un coup de ce crasseux de Joël ! Hélas, dans la moiteur aromatisée au citron de la matinée, se noue un drame : il ne reste plus d’éponge, et les Martineau rentrent à onze heures

 







Dans l’épisode 28, diffusé le 19 mai prochain, un second personnage, masculin cette fois, fera son apparition. Simple amant de passage pour Monique ou redoutable rival ?


Points forts :

- Non, vraiment, on ne trouve pas.


Points faibles :

- Le manque d’action générale, malgré toute l’énergie déployée par les scénaristes.

- Dans les reflets des vitres parfois, en regardant bien, on voit la prod’ et les caméramans, putain les cons ils auraient pu faire gaffe.

- Monique a 41 ans.


 Chanson du générique : « Sale », de Garou

 


 PLUS BELLE LE VIT

 

vit: (Vieilli) masculin Pénis

Dans un quartier animé de la ville de Moulins-sur-Allier, le quotidien de trois jeunes étudiantes en BTS Maintenance-auto que des rêves de garage habitent.

 

Points forts :

- Une plongée sans concessions dans la réalité de la France d’aujourd’hui

- Les trois jeunes étudiantes sont très studieuses.

- La présence de nombreuses guest stars attirés par l’expérience

 


 

Episode 73 : la guest star François Berléand au sommet de sa forme.

 


Points faibles :

- Quoi qu’en disent l’attaché de presse et les producteurs de la série, toutes ces bites poilues, c’est pas très service public, quand même. Surtout à 20h10.

- Un faible taux de pénétration chez les 45-75 ans.

 



Chanson du générique

: « Aller plus haut », de Tina Arena.


Egalement disponible, mais sur le satellite :
- Poutrelle la vie, le quotidien de maçons
- Plus blême la vie, le quotidien de comptables
- Plus Bêêêh la vie, le quotidien de Sébastien, un mouton
- Pucelle la vie, le quotidien d'Anne Roumanoff

Par Myblack - Publié dans : Culture et Divertissement
Voir les 6 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés